L'Afrique sub-saharienne a l'un des rendements agricoles les plus faibles du monde, le volume de variétés à haut rendement produites en Afrique étant actuellement inférieur à 10 % de la superficie totale des terres arables.

Les agriculteurs produisant toujours principalement pour la consommation domestique et moins de 50% restant pour la commercialisation, le potentiel de l'Afrique à devenir un exportateur net de denrées alimentaires vers le reste du monde est entaché d'une facture annuelle de $ E-U 35 milliards à $ E-U 110 milliards d’ici 2025.  Dans un rapport d'Africanews.en sur D. Akinwumi Adesina, président de la Banque africaine de développement (BAD), il a noté que cette situation compromet l'agriculture et exporte des emplois hors du continent.

C’est de l’argent qui pourrait être mieux utilisé pour renforcer les économies africaines et accroître la richesse des petits exploitants agricoles et des autres acteurs des chaînes de valeur agricoles, qui devraient bénéficier de nouveaux emplois et d’entreprises créés pour nourrir l’Afrique.

L'AECF, financée par l'Alliance pour une révolution verte en Afrique (AGRA) et la Fondation Syngenta, a conçu une nouvelle initiative de financement compétitif visant à combler le déficit de financement auquel sont confrontées de nombreuses entreprises de semences lorsqu'elles envisagent de produire des semences pour les cultures de sécurité alimentaire, en particulier les variétés publiques. Cette initiative est connue sous le nom de "Seeds for Impact".

Seeds for Impact (SISP) est un programme de six ans visant à améliorer le fonctionnement des systèmes de marché des semences pour les petits agriculteurs africains. Le programme augmentera les revenus des ménages de petits agriculteurs en Afrique, avec environ 3 millions de personnes susceptibles de bénéficier de la période du programme. Le programme cible les entreprises de semences dans 11 pays, à savoir le Nigeria, le Ghana, le Mali, le Sénégal, le Burkina Faso, l’Éthiopie, le Kenya, l’Ouganda, le Rwanda, la Tanzanie, le Malawi et le Mozambique.

SIP ciblera également les distributeurs pour répondre aux besoins du marché des semences en Afrique subsaharienne grâce à l'introduction de variétés améliorées et l'assistance technique. Le programme liera également les entreprises en portefeuilles aux informations sur la recherche et le développement disponibles dans les stations de recherche publiques autochtones, facilitera l'accès aux services de dépistage technologique, la planification des activités, les essais, l'autorisation, l'enregistrement, le soutien technique pour la production de semences et le suivi et évaluation.  Les entreprises en portefeuille auront également accès aux services de l'AECF Connect qui fournissent des conseils financiers et des correspondances pour le financement ultérieur.

Le programme devrait devenir un fonds de $ E-U 50 millions d’ici à 2020 et être utilisé par 40 à 60 petites et moyennes entreprises de semences. Ce financement constituera spécifiquement un programme de « relais » pour les sociétés semencières existantes entre la croissance précoce (par exemple avec un financement sous forme de subvention) et une mise en œuvre majeure avec des investisseurs à impact social (via AECF Connect).

S'appuyant sur les succès des investissements pilotes précédents dans le secteur des semences et sur les investissements déjà réalisés par divers gouvernements et autres parties prenantes, le SIP a été développé pour permettre aux petits exploitants d’accéder à des variétés de semences à haut rendement et à du matériel de plantation au-delà du maïs hybride, leur permettant effectivement d’accroître leur production et d’améliorer leurs moyens de subsistance.

Nous sommes impatients de collaborer avec des entreprises et des investisseurs prêts à investir avec nous pour faire de notre vision une réalité.  Le premier tour de la compétition s’ouvre aux sociétés enregistrées en Afrique au quatrième trimestre et se déroulera sur six semaines, après quoi les entreprises performantes seront sélectionnées pour la prochaine étape.

Pour toute demande de renseignements, envoyez un courriel à seedsforimpact@aecfafrica.org

Par John Kavilu, agent principal de portefeuille

John Kavilu